Communication d’image : le pari périlleux du Chat sur Twitter

La communication d’image d’aujourd’hui se construit entre autres autour de la proximité, de la réactivité et surtout, mais ce n’est plus nouveau, du digital et du 2.0.

Les personnalités publiques  font partie intégrante de l’univers des réseaux sociaux et se sont approprié tous les outils qui permettent de se  représenter sur la toile.

Des outils à utiliser à bon escient et avec parcimonie: un industriel du bricolage ne communiquera ni sur les mêmes réseaux, ni de la même manière que Beyoncé (l’injustice de la vie).

Exception faite pour Twitter.

Twitter, cet outil qui mêle à la perfection sérieux, humour, mauvaise foi et autres dérives bien plus inquiétantes.

Il regroupe à lui seul tous les « arguments » de cette nouvelle façon de communiquer. Mais cette boulimie de visibilité, de réactivité, de cohésion peut desservir à certains moments.

Comme avec le Chat accompagné de son hashtag #Ask ou # avec à peu près tout ce que l’on veut.

Plusieurs personnages publics ont tenté cette expérience qui semble être À LA BASE une bonne idée en termes de communication.

Le principe étant qu’un internaute, bien souvent agissant sous un pseudonyme, pose une question à ladite personne qui laisse le soin à son équipe de faire le taff y répond.

On voit tous plus ou moins les problèmes que cela suscite.

Les derniers en date: EL JAMES et Nicolas Sarkozy.

#AskELJames

Comment est-ce possible qu’au 21e siècle Ana termine ses études sans avoir une adresse email ou un ordinateur portable ?

Qu’est-ce que vous détestez le plus, les femmes ou la langue anglaise ?

Comment on fait les bébés?

#NSDirect

 

Il y en a eu bien d’autres avant, et ce n’est pas près de s’arrêter.

Une persistance (aveugle) à utiliser cette fonction qui dans la majeure partie des cas, contribue au bad buzz.

Laisser la libre parole, permettre l’échange est une chose à laquelle tout bon communicant doit se préparer et apprivoiser. Un exercice périlleux face à un auditoire virtuel, car cet auditoire n’a pas de limites.

Ce qui induit forcément des débordements. Organiser une conférence, une discussion virtuelle inclut que l’on ne s’adresse plus uniquement à des personnes ralliées à notre « cause », mais à la sphère digitale, à tous les internautes et Twittos dans ce cas précis.

Une expérience qui se trouve perturbée par des débordements qui font, soyons honnêtes, les plus belles heures des internets.

Un savant mélange de tweets sérieux, commandités ou non par l’organisateur, des punchlines juste pour l’amour du troll, des injures ou des propos déplacés exacerbés par cette puissance irrationnelle qu’offrent le pseudonyme et l’anonymat.

Le Chat Twitter ou un outil de communication à utiliser avec précaution et en y réfléchissant à deux trois fois avant de plonger dans la gueule du loup 2.0 à des fins politiques, promotionnelles, et bien sûr d’image.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s